Articles de presse

 

Guy Trejan | comedien, Paris

 

"L’univers pictural de Monika Nussbaumer- Loritz est mystérieux. On le devine, on croit le saisir et il s’évanouit.

La tendresse de ses coloris, la fluidité de ses paysages, la profondeur de ses horizons, font partie de mes rêves !

Elle les dessine……merci pour cet instant….."



Jean Abt | Ancien membre du CICR | Ancien commandant de Corps

 

"Regardez !

Les vagues de terre et de brume jouent dans la lumière,

révèlent une impression et puis une autre...

C'est magique et c'est beau.

N'est-ce pas ? "


B. P. Cruchet | journaliste

 

"Les grands carrés d’espace que peint Monika Nussbaumer-Loritz sont parsemés de bouquets d’arbres aux crêtes écumeuses qui dessinent comme des vagues qui refluent jusqu’à un lointain autant qu’incertain horizon.

Grands espaces où il y a place pour de larges plaines traversières, pour des brumes qui s’étirent et s’effilochent au-dessus de ces plaines et qui, au lointain, s’accrochent aux sommets des arbres, décrivant ainsi une espèce de frontière vaporeuse entre l’ici et l’ailleurs.

Tout, ici, est murmuré d’un pinceau très léger qui effleure la toile. On est à l’automne ou à l’hiver, en ces signes de brumes et de brouillards humides, en ces saisons où tout, hors des villes noires, est roux, blanc ou gris-bleuté, tonalités essentielles utilisées par l’artiste pour traduire la solitude et les campagnes désertées.

Aucune présence humaine au sein de ces larges et profonds paysages : seul un vague chemin sinueux atteste, par-ci par-là, d’une possible rencontre.

Tout semble en mouvement : le ciel paraît mouvant, les brumes semblent très lentement se déplacer, les crêtes des arbres paraissent émerger du brouillard puis disparaître au rythme du flux et du reflux de ces nuages impalpables à force d’être immatériels.

On ne peut guère parler ici de couleurs ; il est plus juste de parler de nuances ; nuances très sensibles qui fond qu’un blanc se détache à peine d’un autre blanc qui se démarque à son tour d’un autre blanc encore. De même pour les gris, les bleus fanés, les ocres pâles.

Il y a quelque chose de la vision des Japonais ou des Chinois dans cette manière d’appréhender le paysage selon une vue plongeante. Quelque chose de cette montagne de Huan si souvent peinte par les peintres chinois traditionnels.

Autant dire que le travail de Monika Nussbaumer est très sensible, raffiné et vaporeux sans jamais tomber dans la mollesse parce que gardant des structures essentielles."

 


Ronny Coutteure | comedien, Paris

 

"Invitations au voyage, rêves étherés. Les tableaux de Monika Nussbaumer-Loritz semblent suspendus dans le temps et l’espace délicat d’un univers lointain et invisible : celui où les âmes se rejoignent."




Hanspeter Bagattini | journaliste

 

"A la Galerie de la Cathédrale
Visions Fragiles

Les peintures à l’huile de Monika Nussbaumer-Loritz s’entourent de secrets, où des paysages vierges et des voiles de brumes doux mènent un dialogue secret.

Ici tout est drapé dans le plus profond silence. Ce n’est que rarement que des arbres, des collines ou des champs prennent des formes aux contours bien délimités, comme si cette artiste native d'

Herisau éprouverait de la crainte d’être arrachée à ses visions fragiles pour retrouver la dure réalité du monde.

En présence de cette étude médiative formidablement délicate, on a tout sauf envie de se perdre dans des appréciations de nature technique.

De ce fait, je voudrais juste ajouter qu’il y a certainement que peu de peintres, capables de tirer de leur palette une telle transparence et une telle plénitude d’ambiances, d’assembler des nuances de couleurs si diverses, comme on a l’habitude de le voir seulement chez des aquarellistes très expérimentés.
"


Andrea richard | ecrivain, canada

 

"Ces peintures reflètent la douceur, la profondeur et l’infini. Tout en ayant une ressemblance, elles sont différentes, ont une touche unique et particulière, ce qui révèle du génie et d’un talent rare. Nous ne pouvons qu’admirer."


700 ème anniversaire de la confederation

 

Pour le 700 ème anniversaire de la Confédération,

les Municipalités des douze communes de Lavaux
ont décidé de promouvoir quelques artistes domiciliés

dans le district.

Ainsi cinq oeuvres, de grandes valeurs, ont été
choisies et reproduites en 120 exemplaires seulement,

numérotées et signées de leurs auteurs.

 


Extraits du livre d'or

 

"Heureux qui sait rêver et sait livrer son rêve."

J.D.

 

"Enfin un art pictural qui me touche. Cette merveilleuse douceur de paysages me plait et…. m’envahit."

S.F.


"Mémoires… respirations… la transparence des mystères. Ce voyage dans lequel vous transportez l’âme."

I.H.


"Quelle sérénité, quelle harmonie et lumière, et quelle difficulté à détacher le regard de ces admirables peintures."

T.F.


"Vos brumes et vos rêves m’enchantent et me font rêver."

G.T.


"En regardant ces tableaux, j’aurais voulu me perdre dans ces brumes."
S.A.


"C’est avec grand plaisir que nous avons découvert votre touche délicate, digne des estampes japonaises."

C.O.